Contacter la mairie

Mairie de Hasparren
5 rue Jean Lissar
BP 50025
64240 Hasparren
Tel. 05 59 29 60 22
Fax 05 59 29 13 45
accueilgeneral@ville-hasparren.fr

Horaires d'ouverture
Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 17h30
Le samedi matin de 9h00 à 12h00 (Etat civil uniquement)

Petite enfance-Enfance
ESPACE FAMILLES
Guide d'utilisation

Identifiant
Mot de passe

Les armes de Hasparren

Imprimer PDF

armesElles se décrivent ainsi  «  D’azur à une croix ancrée d’or chargée en abîme d’un cœur de gueules ; l’écu est accosté d’une guirlande de feuilles de chêne ».

Les armes communales d’Hasparren sont d’origine congréganiste; ce sont celles des Missionnaires Diocésains établis chez nous en 1821. Elles sont citées pour la première fois en 1932 (J. Meurgey) comme étant celles de la commune d’Hasparren. C’est donc vers le début du XX siècle que progressivement elles furent adoptées par la commune.

LA  SYMBOLIQUE  DES  ARMES  DE  HASPARREN

Comme toutes les armoiries ecclésiastiques, elles possèdent un symbolisme très puissant, elles se veulent souvent porteuses d’une pensée profonde. Les religieux restent encore de nos jours les meilleurs héraldistes.
La Croix, est l’affirmation de la chrétienté. La croix symbolise le crucifié, le Sauveur et donc le Christ, La croix (comme le cœur) se retrouve dans les armoiries de nombreuses congrégations. Mais de symbole spirituel, la croix devient aussi symbole guerrier ; c’est au nom de la Croix que les chevaliers européens se lancent à la reconquête des Lieux Saints au XIII siècle lors des Croisades. Les grands ordres guerriers de Terre Sainte sont tous armoriés d’une croix tels : les chevaliers du Temple (Templiers), du Saint Sépulcre, de Saint Jacques, les Teutoniques, les Hospitaliers de Saint Jean qui deviendront chevaliers de Malte, lors de leur installation dans cette île en 1530. Il existe de très nombreuses formes de croix ; la croix qui nous intéresse, est dite ancrée, car ses branches se terminent en forme d’ancre de marine.

Le Cœur, reprend la dévotion  au Sacré Cœur de Jésus qui animera les Missionnaires tout au long de leur apostolat. Pour les Chrétiens (comme pour les Musulmans d’ailleurs), le Cœur est le siège de l’esprit, de la sagesse, de la vie affective ; c’est le symbole de l’homme intérieur, le centre de  la vie spirituelle. Ce Cœur, on le retrouve partout dans leur chapelle (Chapelle du Sacré Cœur) ; il est  forgé sur la table sainte de la même chapelle, il est présent sur leur pierre tombale au cimetière de Hasparren ou sur  la statue qui initialement surplombait le clocher à la place de la croix actuelle.
Ce que se situe en dehors de l’écu et que l’on dénomme « ornements extérieurs » n’ont généralement  que peu d’importance dans le langage profane, ils servent de décoration ; la symbolique armoriale  est à déchiffrer à l’intérieur du blason.
Mais avec les religieux (langage sacré) tout à son importance, le moindre signe est porteur d’un message. A travers la « guirlande de feuilles de chêne qui entoure l’écu », les Missionnaires rendent hommage à la cité qui les a accueillis : Hasparren, appelée déjà la Cité des Chênes.

LA  SYMBOLIQUE DES COULEURS

En ce qui concerne les couleurs, en héraldique on distingue :
* les émaux qui sont le gueules (rouge), l’azur (bleu), sinople (vert) et le sable (noir), couleurs primaires.
* les métaux qui sont l’argent (blanc) et l’or (jaune)

Dans ces armes municipales :
L’Azur (bleue) incarne la vérité (ou la parole du Christ) et l’immortalité de l’âme pour le croyant.
Le Gueules (rouge) est symbole du feu purificateur et régénérateur des âmes. On se rend compte de la complémentarité du rouge et du bleu. Si elle est immortelle, l’âme a néanmoins régulièrement  besoin d’être purifiée et  régénérée ; c’est ce que nous enseigne la Bible.
L’Or (jaune) est la couleur du soleil, ce soleil qui est la lumière divine. C’est la lumière de la foi et de l’intelligence humaine.

Voilà résumé de façon (très) sommaire, ce que l’on peut dire des Armes de la ville de Hasparren. Mais dans toutes les armoiries,  derrière quelques coups de crayons et un peu de couleur, on devine une histoire riche et souvent méconnue qu’il nous appartient de transmettre.